jeudi 3 janvier 2019

Crabe sournois

Il y a un peu plus d' un mois, le 22 Novembre exactement, j'ai eu rendez vous chez le radiologue pour la Mammographie Arcade, formalité habituelle pour moi et qui s'avérait être la dernière, vu mon grand âge. Et voilà, cela n'arrive pas qu'aux autres.
Sournoisement, le crabe s'est installé en moi . J'ai un cancer du sein, heureusement très localisé, pas de tache suspecte ailleurs après moult examens. Mais je pars pour une année de contraintes: chimio durant 5 mois, intervention puis radiothérapie...
J'ai accusé le coup, partagé ce souci avec mon amie médecin, familles et amis, et je suis confiante : je suis dans de bonnes mains et ce n'est qu'un mauvais moment à passer.
Allez bonne année à tous ceux qui passent par ce blogue si négligé et en si mauvais état.... Je n'arrive même plus à faire les mises à jour de Dotclear.... Je crois qu'il aurait besoin d'une geekthérapie..., mais pour cela il faudrait, je crois, que je passe la main à un spécialiste. Je vais certainement abandonner ce blog et peut-être reprendre - si le coeur m'en dit - celui ouvert il y a quelques années sur Blogger : Petits potins du bord de l'eau: https://blogduborddeleau.blogspot.com , (je n'arrive plus à insérer le lien, mais qu'importe, ceux que cela intéresse trouveront... ) où j'écris sous le pseudo de Ginou: mon surnom pour la famille et les intimes. A bientôt peut-être !

vendredi 14 octobre 2016

Une rentrée ratée

Et voilà ! Les billets se suivent et ne se ressemblent pas !
La dernière fois que je suis venue ici j'évoquais les bons moments passés à la maison du bord de l'eau : le mois de Septembre a été vraiment superbe et nous avons bien profité de la mer et des amis. Et puis il fallait bien rentrer n'est-ce pas et reprendre les activités habituelles : aquagym, chorale, randos etc...
Donc le Dimanche 25 Septembre nous sommes revenus, et là il m'est arrivé un accident bête en fermant la porte du garage, j'ai senti une résistance (dûe selon mon homme à la dilatation des montants en fer en raison de la chaleur) j'ai insisté et la corde a lâché, je me suis retrouvée violemment à terre. Bref, rien de cassé, heureusement, mais une forte contusion et douleur très persistante : ce type de douleur qui mobilise tout son esprit; séances de kiné (massages doux et physiothérapie), repos : je commence seulement à voir le bout du tunnel et à dormir presque normalement.
Il y a quelques jours je ne pouvais absolument pas m'installer devant mon ordi pour de longues balades sur le net, juste des petits aperçus . Je n'arrivais même pas à lire un bon bouquin: impossible de me concentrer. Je n'ai jamais tant regardé des reportages de voyage à la télé ....juste histoire de passer le temps. Alors, bien entendu je ne peux reprendre ni l'aquagym ni les randos. J'essaierai peut-être la semaine prochaine les activités douces, si j'arrive à conduire ou marcher jusqu'au centre municipal .

Cette semaine notre fils aîné est venu pour quelques jours, c'était bien agréable, un petit bonheur de passer de bons moments ensemble et hier soir nos deux jeunes nous ont fait le plaisir de nous réunir tous les 7 dans leur jolie maison autour de leur nouvelle table: ils sont toujours aussi joyeux et ce fut un vrai bonheur partagé.

samedi 16 juillet 2016

J'ai pas les mots

J'ai pas les mots mais ma gorge se serre sur un cri de rage chaque fois que je pense à ces odieux attentats.
Nice, feu d'artifice, fête populaire où l'on fait - souvent - la première sortie nocturne avec le petit dans la poussette ... Des larmes me viennent en revoyant mon aîné joufflu, tout blond, tout doux, fêtant son presque premier anniversaire (il est né le 22 Juillet) dans la foule sur le port de notre petite ville un soir de Fête Nationale . Et j'enrage et ne veux ni entendre ni voir ce qui se répète en boucle à la radio et à la télé. Je censure car j'ai besoin de réfléchir et une larme sort enfin quand je reçois le message de ma petite nièce australienne:
"Are you safe, you and all the French family ? I can't wait to see you "

Et l'accident de vélo de mon homme devient tout à coup une bagatelle dans ce monde fou. Il doit prendre une canne anglaise pour marcher encore pendant quelques jours, cela le sécurise. Nous pouvons partir au Canada où certes nous devrons renoncer aux grandes randonnées ... Mais nous serons si heureux de retrouver la famille et les mots si gentils des neveux et nièces reçus depuis quelques jours et plus encore depuis le sinistre 14 Juillet sont un réconfort apaisant dans ce monde tourmenté.

jeudi 7 juillet 2016

Complications

Depuis l'accident de vélo de mon homme, il y a presque 2 semaines, mon optimisme a pris un sérieux coup dans l'aile. Une douleur à la cuisse droite s'est révélée être un bel hématome provoquant une grande gêne pour la marche. Il se bloquait tellement qu'on a craint une fracture ou fêlure au niveau de la hanche ou du fémur. Nous avons consulté un médecin qui a prescrit une radio. Ouf, rien de cassé, mais toujours une grande difficulté à marcher; force glaçons et arnica, mais jusque là pas vraiment d'amélioration. Je commence à sérieusement m'inquiéter pour notre voyage au Canada dont le départ est prévu le 19 Juillet...
Alors je gamberge et me lève tôt : ainsi je profite des splendides levers de soleil sur la mer !


P1040675.JPG

P1040694.JPG

P1040711.JPG


P1040727.JPG

Puis vers 8 h, je vais prendre mon premier bain dans une mer calme et si agréable: une bonne détente !

Dans la matinée nos amis S et A. sont venus à la plage avec leurs 2 petits enfants de 7 et 3 ans: un moment extra : le plaisir de jouer avec les petits m'a fait un bien fou.

mercredi 22 juin 2016

Morosité

Trouver des petits bonheurs dans la période bien longue qui s'est écoulée depuis mon dernier billet ne serait pas bien difficile, mais assez banal:

  • quelques belles randos,
  • de bons moments à l'atelier d'écriture pour mettre la dernière main à notre petit roman, oeuvre de l'année qui se termine,
  • le jardin qui s'est épanoui,
  • notre migration à la maison du bord de l'eau pour un mois avant le départ au Canada,
  • de bonnes lectures...

Mais voilà, moi qui suis plutôt du genre optimiste et gaie, je me trouve morose.
L'ambiance générale me désole. Et à cela s'ajoute, sur le plan personnel, l'inquiétude pour un couple proche, dont l'homme vient de perdre son boulot. Je sens ce couple fragilisé . Et voilà mes nuits plutôt perturbées et une espèce de lassitude qui m'envahit.
Le tapage autour de l'Euro de foot me hérisse tandis que continuent les atteintes à nos libertés et nos droits dans une ambiance délétère.
J'ai tendance à isoler mes yeux et mes oreilles des médias surtout la télé...
Depuis notre arrivée à la maison du bord de l'eau la météo capricieuse n'arrange rien. Pourtant nous devons nous considérer comme privilégiés: j'ai pu nager hier et aujourd'hui et compte bien recommencer. Dans l'eau, pas d'idées noires et grand plaisir de profiter de notre si beau coin !
Dans un mois nous serons au Canada et fêterons les 60 ans de mariage de mon frère et ma belle soeur, nous retrouverons la famille dont les australiens et avons prévu tous ensemble de belles balades dans les montagnes rocheuses; j'ai également organisé un petit périple rien que nous deux sur les traces de notre jeunesse.( C'est en Alberta que mon homme et moi nous sommes connus en 1969 ). Tout cela devrait me réjouir or - c'est la première fois que cela m'arrive - je suis inquiète et appréhende ce voyage que j'ai pourtant préparé avec tant de plaisir.
Finalement j'essaye de cacher cette angoisse à mon entourage, car habituellement je suis plutôt celle qui rassure et je ne veux surtout pas inquiéter mon homme qui est déjà d'un naturel pessimiste. Drôle d'état d'esprit ...

Et puis, de temps en temps, je me ressaisis en me disant que malgré tout cela, je n'ai pas vraiment le droit de me plaindre quand je vois ce qu'encaissent tant d'autres personnes: les victimes des attentats et leurs familles, les victimes des inondations qui ont tant perdu et continuent à subir la pluie...
Alors oui, je dois retrouver le sourire et me secouer !!!!

mercredi 20 avril 2016

Charme printanier

Profitant du soleil nous avons fait une petite balade autour de notre hameau du bord de l'eau. Nous avons trouvé quelques asperges sauvages : un joli bouquet suffisant pour une petite omelette. La vue est agréable vers la mer mais aussi vers le massif du Canigou encore bien blanc en ce printemps.

P1040534.JPG

P1040549.JPG

P1040552.JPG

dimanche 20 mars 2016

Au printemps

Séquence nostalgie : un vrai petit bonheur !

vendredi 18 mars 2016

Fréquence grenouille

Réjouissons nous bonnes gens, les grenouilles sont entrées en action: leurs coassements égaient les soirées de printemps !
J'aime ce signal du renouveau. Il fait doux, quelques freesias colorent notre petit jardin.
Hier, lors de notre rando, nous avons trouvé quelques asperges sauvages, juste de quoi faire une petite omelette ... hum, le régal !
Les pessimistes diront que l'hiver n'est pas fini, qu'il a d'ailleurs était trop clément et qu'on va le payer.
Moi je dis que ces signes du printemps sont bien réels et qu'il est doux d'en profiter.

jeudi 25 février 2016

12 kms à pied

Aujourd'hui c'était la reprise des randos après les 2 semaines de vacances : une superbe balade dans la forêt, un dénivelé raisonnable, 3 bonnes heures de marche sous un beau soleil, pratiquement pas de vent et en bonne compagnie.
Ce soir je me sens bien et vais me remettre à ma lecture du moment qui me passionne et m'amuse beaucoup: La septième fonction du langage de Laurent Binet.

mercredi 10 février 2016

Le sourire du voisin

Depuis 2 semaines, un de nos voisins était très triste, sa femme avait dû être hospitalisée pour subir une intervention chirurgicale. Pendant quelques jours, chaque fois que je l'ai vu, j'ai pris des nouvelles et chaque fois le voisin était au bord des larmes, très inquiet, il me disait "vous savez, elle a eu 80 ans le jour où elle est rentrée à l'hôpital, elle est très faible, je suis inquiet , c'est trop dur d'être seul, même si les enfants sont là et bien présents".
Sa peine était émouvante.
Et puis Lundi, en allant chercher mon pain, je l'ai rencontré: il commençait à avoir le sourire, finalement sa femme récupérait tranquillement, il préparait son retour à la maison.
Aujourd'hui le sourire est encore plus franc : elle est rentrée !

dimanche 31 janvier 2016

Bonheur matinal




P1040517.jpg

P1040513.JPG

vendredi 29 janvier 2016

Jazz

En attendant l'heure du dîner je suis dans la petite chambre bureau et j'écoute l'émission d'Alex Duthil sur France Musique "Open Jazz" : une bonne sélection de nouveautés, des programmes de concerts lointains où je ne pourrai aller. Mais qu'importe tout cela chante et résonne dans ma tête. Je suis bien.

mercredi 27 janvier 2016

J'aime le lit

Ce matin, à l'atelier d'écriture, on a écrit un texte à partir d'une phrase (on avait le choix entre 4 thèmes ) .

  • Etre c'est créer et non recevoir la vie. (Oskar Wadyslaw de Lubicz Milosz )
  • L'arbre qui s'écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse. ( Proverbe Chinois )
  • Il n'y a pas de moyen pour polir le hérisson. (Aristophane)
  • J'aime le lit, c'est le seul endroit où, comme le chat, je puis faire le mort en respirant, tout en étant vivant.( Arthur Cravan )


J'ai choisi:
" J'aime le lit...."
Voici mon texte : (sans prétention, mais dans le ton des bonheurs du jour ! )

Ah ! Quel doux moment que celui du coucher, à la nuit tombée, tout abandonner, même son livre, s'allonger, éteindre, fermer les yeux, ne plus bouger. Dormir ? Pas vraiment, souvent faire semblant, juste pour la tranquillité, la paix, le silence. Comme le chat, se détendre, laisser chaque membre aller, faire le mort, oui mais un mort vivant dont l'esprit vagabonde, revit les belles heures du jour, les petits bonheurs, échafaude des projets, des rencontres, chasse les idées noires. Et puis, espérer la caresse de celui qui va venir, va-t-il oser ? Il croit que je dors. Va-t-il juste approcher la main, le visage, murmurer des mots doux ? Cette attente est délicieuse; comme le chat, j'en ronronnerais de plaisir, car oui, je suis vivante et j'aime la vie et j'aime le lit !


Et puis cette fin d'après midi billets réservés pour le voyage de l'été prochain au Canada !

dimanche 3 mai 2015

Solidarité Népal

Mon petit neveu, Hugo Blondel, étudiant journaliste, vient de passer quelques semaines au Népal. J'ai suivi son voyage grâce à son blog et j'ai beaucoup apprécié son regard tant sur le plan humain que sur le plan photographique et puis.... il est arrivé ce qui est arrivé au Népal, cette horrible catastrophe naturelle dont les conséquences humaines sont absolument incommensurables... Les chiffres me dépassent ... J'ai été particulièrement touchée par le geste de mon petit neveu qui, une fois rentré chez lui, a tenté d'utiliser ses réseaux pour aider particulièrement Kiran, son guide de trek avec lequel il avait partagé de si bons moments.
Je vous joins le lien: Solidarité Kiran
et également le lien du blog de Hugo qui a fait de superbes instantanés de la vie népalaise avant le séisme .Cap sur le Népal

lundi 9 février 2015

Compte rendu d'hospitalisation - Cherchez l' (les) erreur (s)

Attendre 70 ans passés pour une première hospitalisation (hormis les maternités, mais ce n'est pas une maladie) , je peux considérer cela comme une chance. Ma première expérience ne me donne pas vraiment une impression favorable de l'hôpital de ma ville moyenne (environ 34 000 hab). Je vous en laisse juges.

Lire la suite...

jeudi 1 janvier 2015

2015

A l'aube de 2015 j'ai envie de vous souhaiter une nouvelle année pleine de joie et de tous ces petits bonheurs qui font le sel de la vie !
Comme le dit si bien Albert Camus:
" Le bonheur est la plus grande des conquêtes, celle que l'on fait contre le destin qui nous est imposé. "
Alors, à vous de jouer pour que 2015 soit une année exceptionnelle !

dimanche 6 avril 2014

Escapade de printemps

Hier nous avons fêté en famille l'anniversaire de A. la compagne de notre plus jeune, malheureusement elle était un peu malade; elle n'a rien pu avaler , s'est un peu reposée et a quand même bien ri avec nous . Bonne ambiance pour ce repas dehors, au soleil doux de ce début de printemps. Ma charlotte aux fraises a eu un grand succès et la vedette du jour est partie avec son doggy bag : j'espère qu'aujourd'hui elle pourra se régaler !
Maintenant je prépare mes bagages: demain nous partirons pour notre maison du bord de l'eau : c'est la période des nettoyages de printemps , il faut vérifier que tout va bien, que l'hiver n'a pas été trop rude pour cette petite maison si proche de la mer ; cet hiver la Méditerranée a été moins violente que l'Océan heureusement !

Le petit village vu de la colline : notre maison est juste à côté du cyprès que l'on distingue bien, en avant du hameau

Maison du bord de l'eau

Et voici un aperçu de la côte rocheuse entre notre plage et Collioure

P1010892.JPG


Mon homme a prévu quelques bricolages, je pense qu'on aura le temps de retrouver les amis de là-bas et aussi de faire quelques belles randonnées dans les Albères, si la météo le permet !
Ce ne sera pas encore la saison des bains, mais j'aime beaucoup ce coin au printemps : la nature y est si belle et c'est très reposant d'en profiter sans la foule de l'été. Et j'emporte quelques lectures :

  • Au revoir là-haut de Pierre Lemaître, dont j'aime beaucoup le style dans ses policiers , je verrai pour ce Goncourt dont on dit tant de bien

  • Réparer les vivants de Maylis de Kerangal ; le premier chapitre , lu hier soir , m'enthousiasme déjà : quel style !

  • Le dernier Lapon d'Olivier TRUC, policier recommandé par ma libraire


et si cela ne suffit pas je peux me réapprovisionner à la médiathèque de là-bas qui est bien fournie et très agréable .

dimanche 16 février 2014

Ciel du matin

P1020861.JPG
Ce matin, ciel et mer vus de ma fenêtre, peu après le lever du soleil.

dimanche 1 janvier 2012

Voeux

Pour celles et ceux qui passeront ici je partage ces mots que j'aime tant et que l'on doit au grand Jacques :

"Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir, et l'envie furieuse d'en réaliser quelques-uns.

Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer, ... et d'oublier ce qu'il faut oublier.

Je vous souhaite des passions.

Je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil et des rires d'enfants.

Je vous souhaite de résister à l'enlisement, à l'indifférence, aux vertus négatives de notre époque.

Je vous souhaite surtout d'être vous. "

Jacques Brel

lundi 31 octobre 2011

Contacts instantanés

Depuis quelques jours, en fait, une dizaine de jours, nous sommes à la maison du bord de l'eau . Chaque fois que nous y venons, nous prévenons les enfants (ok, je sais, c 'est bizarre de dire les enfants quand on parle de l'aîné qui a 39 ans, ma fille qui a 35 ans et mon dauphin qui aura bientôt 25 ans, mais ce sont "nos enfants" et ils resteront toujours nos enfants même si ce ne sont plus DES ENFANTS . Donc, je disais que depuis que nous sommes arrivés , j'ai prévenu chacun que la route avait été bonne et que tout allait bien...
J'ai eu, le dimanche suivant, quelques nouvelles de l'un (l'aîné),qui avait bien navigué sur la Manche avec ses copains; de l'autre , ma fille et son compagnon qui avaient bien jardiné chez leurs amis de l'Oise et je suis "tombée direct" sur la messagerie de mon dauphin... Méfiante, je me suis dit que lors de la régate qu'il devait faire entre Cassis et Porquerolles... il avait oublié ou pas pu brancher le chargeur. "Pas de nouvelles, bonnes nouvelles". Certes, mais qu'on le veuille ou non, -je n'ai pas si bien dormi que cela et un peu gambergé, et fini, (au bout de 3 jours de répondeur direct),par appeler la gentille sirène , sa compagne ... messagerie aussi ... et rappel 5 heures après ... pour dire que tout allait bien mais que mon cher dauphin avait cassé (ou plus exactement "noyé") son portable.
Et là, j'ai repensé à ma jeunesse, à nos balades et aventures, d'abord en vélo, puis en voiture, avec quelques fois des retours en moto avec des copains et tout cela sans "portable" , sans "contact instantané ", et j'ai un peu mieux compris l'angoisse de mes parents qui, après avoir perdu leur fille -ma soeur- de 14 ans, victime d'un accident de vélo au retour de la plage, hésitaient à nous laisser partir en balade...
Et nous écrivions, lors de nos petits voyages et lors des plus grands que nous avons fini par entreprendre malgré tout...Et, selon la distance , les lettres parvenaient chez nos parents entre 1 jour et 5 ou 6 jours plus tard , quand tout allait bien...
Je me suis également souvenue de la première fois où mon frère (émigré au Canada à 18 ans ,en 1951) avait offert à mes parents , comme cadeau de Noël : un coup de téléphone ! Je crois que c'était en 1955: mon père avait fait installer un amplificateur pour que toute la famille entende cette conversation lointaine et si proche !
Notre génération a vraiment vécu une période extraordinaire dans l'évolution des moyens de communication !

- page 1 de 2